Histoire courte de la serrurerie

Histoire courte de la serrurerie

Histoire courte de la serrurerie

Depuis aussi longtemps que l’homme a voulu garder ses biens précieux il a existé des serrures ! Et depuis aussi longtemps qu’il existe des serrures il y a eu des serruriers. Le terme serrure vient latin « serrare », serrer. C’est une discipline qui remonte à loin, puisque l’ont retrouve des traces de premières techniques de sécurité jusqu’à l’âge des premiers hommes ! À cette époque, le bien précieux c’était la famille du chef de famille. Celui-ci fermait l’accès à sa caverne grâce à un rocher pour les garder à l’abris de toutes éventuelles menace. Pour ouvrir la caverne, notre homme de Cro-Magnon n’avait tout simplement qu’à se munir d’une très grosse branche, voir d’un tronc d’arbre, qu’il utilisait à la manière de levier pour ouvrir sa caverne !

Antiquité : La création des premières serrures

Les plus vieilles serrures, formées d’un système d’ouverture et de sa clé, datent du temps des pharaons. La plus ancienne serrure de ce type a été découverte en Égypte, datant de 3 000 ans avant Jésus-Christ. C’est le premier type de système d’ouverture ressemblant à nos systèmes modernes, car comportait des goupilles ! Cette toute première clé fermait l’accès à un temple. Bien évidemment, elle n’était pas aussi discrète que nos clés actuelles, que l’on peut glisser dans une poche : elle ne mesurait pas moins de 60 centimètres ! Elle était constituée dans un bois nommé le bois de teck. D’autres clés, munies de goupilles, ont été retrouvées dans diverses autres civilisations : chez les Celtes, en Afrique du Nord, etc. Les premiers forgerons apparaissent environ 2 000 ans avant Jésus-Christ : le système se complexifie et rapidement le bois est abandonné au profit du métal. Grâce à cette évolution, l’Empire romain était déjà doté de clés de bronze, fonctionnant sur un système complexe de poussées et de rotations, comme aujourd’hui.

Moyen-Âge : Vers un métier d’artisanat

Le Moyen-Âge est la grande période du développement des métiers liés au métal : forgerons, orfèvres, etc. Les clés deviennent de véritables objets d’art : ornements orientaux, décors de façades d’églises, etc. L’art de la création des clés culmine à la Renaissance, où le métier d’artisan-serrurier est créé. Ce sont les ancêtres de nos serruriers actuelles ! Autour d’eux se crée un véritable corps de métier composé de divers artistes pour s’occuper de l’ornement. Les décors se diversifient et l’on peut réellement parler d’art, car c’est à cette période que des sculpteurs interviennent lors de la création de clés, à la demande du propriétaire, pour donner naissance à de véritables petits bijoux uniques. Certaines de ces clés étaient réellement précieuses et leur fabrication pouvait parfois prendre plusieurs années !

Jusqu’à aujourd’hui : Un industrialisation progressive

L’industrialisation est ce qui a fait basculer l’art de la serrurerie vers un aspect nettement plus sécuritaire. Si le XIXe perdurent la tradition de l’esthétisation des clés, avec une forte influence de l’Art nouveau, le XXe rompt en se concentrant d’avantage sur l’aspect sécuritaire. Les clés et les serrures se complexifient. La serrure à code est inventée et rencontre rapidement un grand succès auprès des banquiers, grâce à la sureté qu’elle impliquait. C’est sous le XXe siècle que la serrurerie se diversifie le plus : serrures biométriques, à trois points, à sept points, de plus en plus sécurisées contre les tentative de crochetage, etc… L’art de votre serrurier de Lille est toujours là pour vous assurer la meilleure sécurité !